Natation

A Saint Hilaire, la natation fait partie de la rééducation. Dès que j’ai pu m’ y mettre, je me suis rappelée qu’à une époque je faisais 4 à 5 km de natation par jour. Evidemment, la première séance, j’ai bu pas mal la tasse, pas facile avec tout ce nouvel équilibre.

Avant la mise à l’eau

Lorsque j’ai changé de centre pour me rapprocher de Chamonix, j’ai embauché pas mal d’amis pour m’amener à la piscine (merci beaucoup à tous) et d’ailleurs si ça branche quelqu’un de venir avec moi, n’hésitez pas à me contacter. Et là, les MNS (maître nageur sauveteur) m’ont pris en charge et se sont creusé la tête pour me trouver des exercices

crawl

et du matos qui m’ont permis de progresser. Moi qui rêvais depuis des années de me mettre au crawl et ben c’est fait…enfin presque !

Le petit problème à la piscine, c’est l’hypothermie parce que j’ai des problèmes de régularisation thermique avec la paraplégie. Je me suis enfin décidée à mettre un T-shirt en néoprène, pour l’instant j’ai la flemme de me mettre la même chose sur les jambes (hé oui pas très facile d’enfiler ça…enfin surtout pour les gens qui m’aident à m’habiller).

Sinon pour la petite histoire côté hypothermie, je m’en suis payée une belle (environ 33°) la première fois que je me suis baignée en lac. J’ étais tellement motivée que j’ai oublié que je ne sentais plus la température de l’eau que sur les bras, résultat un bel état de torpeur pour moi et une petite frayeur pour tous ceux qui m’accompagnaient.

Les MNS au travail

Thierry le geotrouvetou des MNS