Groënland, le récit!

De rêves en rencontres, Marcelle, Eloïse et moi nous sommes retrouvées sur la banquise en cette fin mars 2016 et on en a bien profité !!

A notre arrivée à l'hôtel, avec "the fish of the day" à la carte, miammm!!

A notre arrivée à l’hôtel, avec « the fish of the day » à la carte, miammm!!

Le rêve était celui de découvrir la lumière arctique…et oui, j’avoue que la lumière me touche beaucoup et certainement plus encore depuis que je suis à roulettes, je me surprends souvent à prendre le temps de l’apprécier, de m’en imprégner. Et bien, nous n’avons pas été déçues…

P1010148

Eclatante, étonnante, que la météo soit bonne ou mauvaise, elle nous a offert toute sa palette de couleurs insensées dans les bleus, gris, roses…

IMG_1710

Tous les jours, nous avions donc rendez-vous avec une beauté différente. Et puis, un bonus de lumière journalier de 8 minutes a participé à un complet déboussolement, comme si tout ça était irréel, une rêverie totale !!!

DSC01135_EDITED-1_low

C’était difficile de se dire que nous étions à la mer car avec le froid, on ne décelait aucune odeur et puis, la proximité des icebergs faisait penser que l’eau devait être un peu froide tout de même!! Du coup, chaque jour, nous nous répétions nous y étions !!

DSC01063_low

Marcelle, Ben et moi à l’approche d’Atka.

La rencontre qui a décidé de cette nouvelle aventure, c’est celle que j’ai faite avec Ben (François Bernard) à Chamonix en février 2015 où il m’a parlé de son partage d’univers arctique grâce à l’hivernage de son bateau Atka au Groenland. Je l’ai mis au défi d’y emmener une personne en fauteuil roulant et comme Ben est un homme de défi et surtout très généreux…il m’a dit oui !!!

L’aventure a commencé par un voyage depuis Ilulissat (4000 habitants) vers Oqaatsut (village de 25 habitants) à la James Bond dans le bateau du maire d’Ilulissat. Et oui, le maire étant très occupé, il nous y a emmenés à mac2!

Je n'ai qu'à bien me tenir car ça file!

Je n’ai qu’à bien me tenir car ça file!

IMG_1699

Non, non, je ne suis pas du tout coincée dans la neige!!

Passer de la léthargie de l’hôtel à cette agitation m’a bien réveillée en tout cas !! Et lorsque je me suis retrouvée à ski de fond avec toute l’équipe sur la banquise, une joie insensée m’a envahie comme toute les fois qu’un rêve commence à se réaliser !! C’était tellement beau !! Enfin, nous y étions !!

Beaucoup mieux avec les skis…

Beaucoup mieux avec les skis…

La chance était vraiment au rendez vous de notre aventure, en effet, une récente chute de neige m’a permis de parcourir les sentiers rocailleux du village à ski de fond et la banquise qui s’était disloquée la semaine précédente, s’est reformée et m’a ainsi permis de rejoindre Atka à ski de fond.

DSC00867_low

Nous avons donc commencé à arpenter le village, avides de tout ce qu’il y avait à découvrir.
DSC00994_EDITED-1_low

Halibut (flétan) séché maison.

Halibut (flétan) séché maison.

DSC00882_low

Un peu de dévers dans le village, heureusement que Marcelle me maintient le cap!

P1010260

Pour se fournir de l'eau douce, les habitants casse la glace des icebergs pour la faire fondre dans

Pour se fournir de l’eau douce, les habitants cassent la glace des icebergs pour la faire fondre dans des boîtes en bois au soleil.

La réserve d'eau douce.

La réserve d’eau douce.

Après 2 jours passés à l‘hôtel du village et à faire connaissance avec ses habitants, l’heure était enfin venue de rejoindre le bateau…enfin, nous allions voir à quoi ressemblait un bâteau à double coque en alu et surtout rencontrer le capitaine Baptiste et de se retrouver avec l’équipage au complet : Paul (le second), Sarah (responsable com), Sarah (le photographe et cameraman), Claire (océanographe et porteur du projet d’échange scolaire).

Chaussage de la luge pour partir à la découvertes Atka.

Chaussage de la luge pour partir à la découvertes Atka.

DSC01144_low

Armés de leur traîneau nommé«  Vaillant » fabriqué maison comme chacun le fait au Groenland, l’équipe nous a ouvert la route sur la banquise. En effet, ce n’est pas rien de s’y déplacer, un peu de connaissance et de prudence sont nécessaires, ce n’est quand même que quelques 40cm de glace au dessus de la mer qui nous supportent avec des failles à détecter grâce au towok (grand bâton testeur).

DSC01035_EDITED-1_low

 

Et c’est avec plaisir que je découvre qu’il y a de la glisse sur la banquise, je vais donc me faire plaisir à ski, en plus de profiter de l’immensité du paysage et de cet instant unique.

DSC01056_EDITED-1_low

 

Un obstacle était au programme quand même, c’était l’endroit où nous rejoignions la terre où nous devions franchir une marche d’env. 2 m (elle variait en fonction de la marée). Avec un peu d’ingéniosité et de bourrinage, c’est passé…certain ont bien mis le pied dans l’eau mais pas de casse.

Marcelle et Claire se préparent à me hisser.

Marcelle et Claire se préparent à me hisser.

Et hop!!

Et hop!!

Après ce passage, nous savions que nous étions proches d’Atka et l’impatience montait…un bout de mât à l’horizon..Encore un peu d’effort et voilà la bête !!!

Marcelle, Baptiste, Sarah, Claire, Paul, moi et Ben.

Marcelle, Baptiste, Sarah, Claire, Paul, moi et Ben.

Nous étions tellement heureuses de nous retrouver là entourées d’un équipage si accueillant !

Un peu de gymnastique pour tout le monde!

Un peu de gymnastique pour tout le monde!

On y est presque!!

On y est presque!!……et sans lumbago!

Rentrer pour la première fois, se laisser aller à découvrir cet espace où l’équipage a passé tout ce temps d’hivernage avec la nuit polaire, prendre soin du bateau, casser des bout d’icebergs à faire fondre pour avoir de l’eau douce, c’était quelque part intimidant, j’ai ressenti l’impression de pénétrer dans un grand mystère.

DSC01101_low

Nous y avons passé la nuit et repris la route du village le lendemain matin.

DSC01208

Un peu de bonne énergie pour la route!!

Le lendemain, c’était reparti pour la banquise à ski et y passer la nuit en tipi (une idée de Ben). Et ben, c’était pas mal du tout de dormir sur la mer avec Ben complètement intarissable au sujet des pôles. Les histoires qu’ils nous a racontées sont toujours très singulières, insensées.

DSC01235

DSC01252

 

 

 

 

 

Pour faire encore un peu mieux connaissance, nous sommes allés passer un extraordinaire moment à l’école du village dont Ashta, l’institutrice,  s’occupe. Ashta est accueillante, d’une gentillesse inouïe avec une très grande envie de nous faire comprendre ce qu’est le Groenland et en plus, elle nous a cuisiné une succulente soupe de poisson!! L’école, d’un effectif de…. 4 élèves est une maison magique : elle se transforme en église rien qu’en ouvrant un immense placard où se trouvent l’autel et le piano, elle fait aussi office de salle communale, de jeu avec une table de ping pong ! Elle est lumineuse et nous y avons passer un fabuleux moment d’échange avec des petits cadeaux à la clef : un dessin et un petit caillou peint par Ashta pour moi, la classe !!!

IMG_1764

 

Après 10 jours passés dans ce lieu, ce n’était pas facile de s’en arracher mais le retour en bateau conduit par Nouka (un pêcheur du village, très gentil) nous a permis de vraiment finir en beauté. Comme le printemps commençait à arriver avec les premiers goélands, nous avons eu droit à rencontrer l’un des premiers bébés phoque de l’année.

P1010525 Nouka nous a emmené entre les icebergs, sacré pilote!Parfois, j’avais l’impression de me balader dans un verre à cocktail, tellement il y avait de petits glaçons autour de nous.

Et là, c’est comme si le temps s’arrêtait, juste envie de rester éternellement dans cet univers de bleus, de glace complètement envoûtant !

P1010132

 

Le glacier se casse dans la mer d’env. 35m chaque jour (cette vitesse a doublé depuis 10 ans, réchauffement climatique…), c’est pour cela qu’il y a autant d’immeubles de glace et aussi de poissons car l’endroit de la cassure est très riche en nourriture. D’ailleurs, on a bien profité du flétan tout frais et des crevettes, miammmm !!!

P1010569

DSC01299

Steen et Julien nous ont raconté leur campagnes de pêche vers cet endroit. Ils partent pour 2 semaines avec leur traîneau et pêchent tout ce qu’ils peuvent au moyen d’un câble qu’ils remontent. Ensuite, retour au bercail avec le traîneau rempli de poisson. Ce n’est vraiment pas de tout repos !!! Nous nous en sommes rendues compte lors d’une ballade en chien de traîneau que c’était assez engagé comme activité. Le traîneau passe (ou pas parfois…)des côtes en neige ou en …rocher.

Marcelle, prête à tout!!

Marcelle, prête à tout!!

C’est grâce à Julien (musher français) que nous avons eu la chance de le découvrir. Sa passion partagée nous a donné la sensation de comprendre un peu mieux le Groenland , se retrouver sur ce traîneau et voir toute la maîtrise nécessaire, l’énergie, avancer si vite dance ce superbe paysage immense, isolé, silencieux. Un grand moment de liberté!

IMG_1817

Julien nous fait découvrir le traîneau.

Julien nous fait découvrir le traîneau.

On nous avait dit que le Groenland est le pays du « peut-être » car la météo change tout le temps de façon imprévue, les ravitaillements pas toujours au rendez vous, on ne sait jamais de quoi sera fait demain, alors les habitants vivent vraiment au présent. C’est ce que nous avons tenté de faire, profiter de tout ce que nous avons eu la chance de faire chaque jour!!

J’ai même eu droit à un bonus assez émouvant à la fin du séjour: Ashta  tenait absolument à me montrer son authentique costume en peau de phoque qui date de sa confirmation donc âgé de 35 ans. C’est une coutume encore entretenue de nos jours, tous les membres d’une famille ou du village s’affairent à confectionner ce costume en peau de phoque, perles, tissus. C’est un travail très minutieux, qui prend du temps…ça permet de passer la nuit polaire que de s’y occuper! Nous avons mis beaucoup de temps et d’énergie pour que j’y passe la tête et avec beaucoup de précautions, j’ai pu le lui rendre en un morceau, ouf !!!

Je n'ai enfilé que le haut mais il reste le short et les bottes en peaux de phoque...

Je n’ai enfilé que le haut mais il reste le short et les bottes en peaux de phoque…

Je remercie très fort  l’équipage d’Atka, Ben, Marcelle ( présidente de l’asso Tom-en-tête) et Eloïse pour m’avoir rendue l’arctique accessible!!! Encore un très beau cadeau de la vie que cette échappée!!

Merci aux partenaires qui ont soutenu notre projet:Allizé Plasturgie Bourgogne Franche-comté, EDF, Hôtel Héliopic, MonturaLyofood, Julbo

Ce contenu a été publié dans ski de fond. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Groënland, le récit!

  1. Bruno dit :

    j’espère que le bonheur tu le vis pleinement et que tu en prend pleins tes yeux et que tu en ramènera pleins de souvenirs à toi Vanessa :

Les commentaires sont fermés.